- Guide acheteur de l'immobilier avec l'Uberisation

Bénéficiez de nos conseils d'experts pour vendre votre bien rapidement et au juste prix.

 

LE GUIDE DE L’ACHETEUR

 

L’ÉVOLUTION DE L’IMMOBILIER, C’EST MAINTENANT

 

L’immobilier traditionnel s’arrête là. Fini les commissions à 7% et PLUS en moyenne, équivalentes à plus d’un AN de salaire la plupart du temps. Place à une commission fixe, avec tous les services d’une agence traditionnelle. Le digital et l’aspect humain priment, et donnent naissance au phygital 3.0, made in UberIMMO. Il y a bien longtemps que ce marché de l’immobilier est en perte de vitesse, et doit être dépoussiéré de tous ses vieux démons. Les commissions exorbitantes qui peuvent être placées dans des travaux, ou des économies, il faut dire STOP. « UberIMMO », a été fondée dans cette optique la... Depuis le début de l’activité en janvier 2021 avec la création du site www.uberimmo.fr, l’objectif et d'affirmé est de faire prendre conscience aux clients, qu’il y a tout à gagner, en passant par LE SITE D'ANNONCES IMMOBILIÈRES GRATUITES d'UberIMMO.fr visible 7/24h. Que ce soit une transaction bien plus fluide pour le vendeur, et sans commission pour l’acquéreur, tout le monde y trouve son compte. , UberIMMO.fr & VOUS avez toutes les cartes en main pour instaurer un nouveau souffle sur ce marché de l’immobilier. Avec la sortie de l’application d'ICI 2022 « une agence immobilière en LIVE dans votre poche » en complément et a votre demande seulement un mandataire peux vous aidez gratuitement dans la publication de votre bien immobilier et GRATUITEMENT POUR VOUS, avec un simple mandat de recherche à charge de l'acquéreur moyennent 3% ou 3 000€ minimum pour la prestation si vente, la commission fixe et le digital sont les deux éléments incontournables de ce vent de fraîcheur, qui arrive progressivement au sein de ce secteur d’activité immobilière.

(phygital = commerce est un point de vente physique qui intègre les données et méthodes du monde digital)


LE GUIDE GRATUIT, d'UberIMMO représentent une grande MODIFICATION des anciennes agences immobilières traditionnelles en perte de vitesse, mise en avant par le professionnalisme de ses agents professionnels. Mais pas que… Le soutien des internautes est un véritable levier de vitesse. Ces deux points ont permis de générer bien plus qu’un simple plan de communication. Nos clients ont le LUXE de profiter d’une économie allant parfois jusqu’à 2 ans de salaire. Nos services incluant tous les services d’une agence immobilière traditionnelle. UberIMMO abonde dans ce sens : « Notre offre concerne tous les biens immobiliers sans aucune limite de prix, sans exclusivité et le client paye au résultat après la vente. C’est aussi simple que ça. Les propriétaires déjà engagés sans exclusivité avec une autre agence, les particuliers, toutes celles et ceux qui pensent que le temps des commissions hors de prix est révolu sont les bienvenus chez UberIMMO. C’est un gain de temps et d’argent aussi pour le vendeur, que pour l’acheteur. »

 

BILAN DU MARCHÉ DE L’IMMOBILIER EN 2019 ET PRÉVISIONS POUR 2020/2021

2019 auront été une très belle année en termes de transactions. Le contexte social tendu du pays n’a pas empêché les citoyens français de concrétiser leur projet d’achat immobilier. Sur l’année, il y a une hausse de 10% par rapport à 2018. La fameuse barre des 1 millions de transactions a même été franchie...

2020 auraient dû surfer sur la vague 2019, et maintenir cette bonne santé du marché. Une hausse de 1,5 % était même annoncée. Avec des taux très intéressants, et des commissions imbattables façon « UberIMMO », les potentiels acheteurs auraient eu tort de se priver. Mais la pandémie du Coronavirus en a décidé autrement, et le marché de l’immobilier en sortira forcément impacté pour cette année 2021.

 

 

CONNAÎTRE SON BUDGET ET SA CAPACITÉ DE CRÉDIT

Avant de se mettre à la recherche d’un logement, le plus important est de définir le budget dont vous disposez. Pour cela, il faudrait définir vos charges nouvelles que cela va inclure. Charges de copropriété, impôts, assurance habitation. Il faut immédiatement les compter dans votre budget.

Pour obtenir ce budget, la plupart des Français passent par leur banque afin d’obtenir un crédit. Pour cela, il est indispensable d’avoir un bon dossier. En règle générale, une banque exige 10% d’apport personnel de votre part, même si c’est possible de faire sans... . Plus votre apport sera important, plus une banque sera disposée à vous accorder le crédit dont vous avez besoin.

Le taux d’endettement ne doit pas excéder 33% de vos revenus mensuels. Il prendra aussi en compte les crédits que vous avez déjà en cours. La banque exigera une garantie qui la protégera en cas d’impayé de votre part. Comme une hypothèque.

Au niveau du travail, il est primordial d’être en CDI pour tenter d’obtenir un prêt. En CDD, il faut prouver votre solidité financière sur du très long terme, pour que votre banque vous accorde cette confiance.

CRÉDIT IMMOBILIER SANS APPORT Comme dit précédemment, les banques exigent en général 10% d’apport de la valeur du bien à acheter. Mais il est aussi possible d’obtenir un prêt sans apport. Il est soumis à des conditions plus strictes et un taux plus élevé. La gestion de vos comptes sera aussi examinée minutieusement. Selon votre contrat de travail, vos revenus mensuels, votre taux d’endettement, et votre reste à vivre, votre banque vous proposera des offres de prêt.

LE PRÊT À TAUX ZÉRO, Si vous allez devenir propriétaire de votre première résidence principale. Vous pouvez donc certainement prétendre au PTZ, le Prêt à Taux Zéro. Cette aide ne peut financer une partie de l’achat, mais peut être complétée par un ou plusieurs prêts, et éventuellement un apport personnel.

Le montant du PTZ et ses modalités de remboursement dépendent du montant de l’opération, des ressources de la composition du ménage, ainsi que de la tension de la zone où se situe le logement. Dans l’ancien, c’est accessible jusqu’en 2021 dans les zones B2 et C (Milieu rural, périurbain, et dans certaines grandes villes. Dans le neuf, c’est accessible jusqu’en décembre 2021 dans les zones les plus tendues de l’Hexagone (A bis, A, et B1).

 

 

ACHETER SA RÉSIDENCE PRINCIPALE

L’achat d’un bien immobilier implique des dépenses comme les charges, les impôts locaux, assurances, en plus du crédit que vous allez payer chaque mois.

Acheter votre appartement ou votre maison est la meilleure façon de vous constituer un capital sur le long terme. L’argument principal en faveur de l’achat immobilier réside dans la plus-value que vous pourrez retirer au moment de la revente, en particulier si vous achetez votre logement dans une ville dynamique économiquement et où les prix ont tendance à augmenter. En achetant votre logement, vous n’aurez plus de loyers ni de remboursement d’emprunt à payer chaque mois une fois à la retraite et votre crédit immobilier totalement remboursé. Un avantage non-négligeable, à une période de la vie où vos revenus diminuent.

Mais les avantages de l’achat immobilier ne sont pas seulement financiers. En achetant votre résidence principale, vous serez réellement « chez vous » et vous pourrez aménager votre logement selon vos envies, sans avoir à demander d’autorisation.

 


FAIRE APPEL À UN PROFESSIONNEL DE L’IMMOBILIER

L’idéal est de prendre rendez-vous avec un agent immobilier de votre secteur et de lui décrire votre recherche. Il saura vous écouter, vous poser les bonnes questions et pour répondre au mieux à vos attentes. Homme de terrain qui connaît le marché et les prix, il vous fera visiter les biens répondant à vos critères puis, le cas échéant, se chargera de négocier le prix et de rédiger le compromis.

La profession d’agent immobilier est réglementée. Outre l’obligation de détenir une carte professionnelle, une garantie financière lorsqu’il reçoit des fonds et une assurance responsabilité civile professionnelle, l’agent doit vérifier la situation juridique et administrative des biens qu’il vend (acte de propriété, mesurage, diagnostics…). Il a aussi un devoir de conseil et s’engage à vous fournir une information objective sur la qualité du bien proposé, le déroulement de la transaction, vos droits, etc. À défaut, sa responsabilité pourrait être engagée.

 

 

LA LOI CARREZ : OBLIGATION À VÉRIFIER

La Loi Carrez qui date du 18 décembre 1996 a fait que la mention de la superficie d’un lot vendu en copropriété est obligatoire. Cet élément important doit figurer dans le compromis ou dans la promesse de vente, mais aussi dans l’acte de vente final. La surface qui est prise en compte est celle des planchers, après déduction de celles occupées par les murs, cloisons, cages d’escalier, gaines, embrasures de portes et de fenêtres et les surfaces dont la hauteur sous plafond est inférieure à 1,80m. Sont aussi exclues les caves, garages, parkings et locaux annexes s’ils font moins de 8m2.

Si cela n’apparaît pas dans l’acte de vente, il y a la possibilité d’annuler la transaction, mais c’est rare avec la vigilance des notaires. En revanche, si la superficie indiquée est supérieure de plus de 5% à la surface réelle, vous avez un an pour exiger une diminution du prix.



NÉGOCIER LE PRIX DE VOTRE FUTUR LOGEMENT

PRIX DE VENTE


Le prix affiché d’un bien est rarement celui auquel la vente se conclut. L’agent immobilier établit une estimation en fonction des qualités et des défauts du logement, mais le propriétaire ne suit pas toujours son évaluation. Lorsque celle-ci n’est pas trop éloignée de la réalité du marché, le professionnel accepte généralement de prendre le mandat au prix du vendeur, en espérant le faire revenir à la raison au bout de quelques semaines d’où l’existence d’une marge de manœuvre pour négocier.

 

 

NÉGOCIATION

La négociation du prix d’un bien immobilier est une étape délicate. Il est donc indispensable de suivre quelques astuces pour la mener à bien. Avant d’entamer la négociation, il est essentiel de calculer précisément votre budget pour connaître la limite budgétaire pour connaître la limite budgétaire que vous ne pouvez pas dépasser. Vous disposerez ainsi d’un cap que vous devrez vous efforcer de tenir tout au long de la phase de négociation.

Pour bien négocier, il faut préparer ses arguments. Il faut pour cela lister une liste complète des défauts qu’il peut y avoir. Pour cela, visiter un logement plusieurs fois est un impératif, en faisant attention à tous les détails. Votre prix proposé doit rester tout de même réaliste. Si votre offre est trop brasse, le vendeur risque de ne même plus discuter avec vous, et de rompre toute négociation. Plus le marché local est dynamique, plus ce risque est grand, car le vendeur ne manque pas d’offres.

 


QUE VÉRIFIEZ-VOUS LORS D’UNE VISITE ?

Une fois sur place, c’est le moment de vérifier les éléments communiqués par l’agent immobilier. Examinez la distribution des pièces et l’état du logement. Murs, toiture, chauffage, sanitaires, installation électrique ou de gaz… Référez-vous aux diagnostics obligatoires. Si vous n’avez aucune connaissance en matière de bâtiment, faites vous accompagner par un spécialiste. Et si d’importants travaux vous semblent nécessaires, demandez à les faire chiffrer. En cas de prix élevé, cela peut vous donner des arguments pour négocier.

Visiter le logement à différentes heures vous permettra de mieux juger de sa qualité et de sa luminosité. Faites aussi le tour du quartier pour en « sentir » l’ambiance et vous assurer de la proximité des transports et autres commodités. Rendez-vous également à la mairie pour connaître les aménagements prévus dans le quartier et consultez, selon la commune,

le PLU (Plan local d’urbanisme),

le POS (Plan d’occupation des sols) ou la carte communale.

 

DIAGNOSTICS IMMOBILIERS OBLIGATOIRES ;

- LOI CARREZ
- AMIANTE
- CERTIFICAT D’ÉTAT DES RISQUES NATURELS
- ASSAINISSEMENT NON-COLLECTIF
- PLOMB
- GAZ
- ÉLECTRIQUE
- MÉRULES
- TERMITES
- PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE

 

 

L’OFFRE D’ACHAT

Dans tous les cas, l’offre d’achat n’est pas obligatoire. Cependant, elle doit être rédigée avec un agent immobilier afin de s’assurer qu’elle comprend tous les éléments nécessaires à votre information ainsi que les clauses vous protégeant.

Au contraire de sa version écrite, l’offre d’achat orale ne vous engage en rien. Elle est d’ailleurs recommandée si des doutes subsistent chez vous. Côté négatif : le vendeur ne s’engage pas non plus et garde la possibilité de proposer son bien à tout autre intéressé. Une offre d’achat comprend : la description du bien, sa superficie, le prix d’achat, la durée de validité de l’offre, entre 5 et 10 jours. Mais aussi les modalités de réponse du vendeur, la durée du délai de rétractation, les conditions suspensives, et le financement du bien.

Notez qu’une offre orale ne vous engage à rien vis-à-vis de votre vendeur. En contrepartie, celui-ci n’est pas lié à vous et peut donc proposer le bien à plusieurs personnes.

En revanche, le contrat écrit vous engage dès lorsque votre vendeur a accepté l’offre dans le délai imparti. Dès que votre délai de rétractation est passé, si vous changez d’avis, votre vendeur est en droit de vous demander des dommages et intérêts. D’où l’intérêt d’être méticuleux et prudent. Votre agent immobilier est là pour vous conseiller. Vous pouvez vous rétracter tant que le vendeur n’a pas répondu à l’écrit concernant votre offre. Mais aussi tant que le vendeur n’a pas accepté l’offre par écrit et dans le délai imparti. Sans oublier si le vendeur vous fait une contre-proposition écrite, auquel cas votre première offre d’achat devient caduque.

 

 

LE COMPROMIS DE VENTE

À partir du moment où vous êtes d’accord pour acheter, l’agent immobilier vous demandera alors de signer une promesse ou un compromis de vente. C’est une étape essentielle dans votre processus d’achat. C’est le moment tant attendu, où les deux parties, le vendeur d’un côté et l’acheteur de l’autre, décident de certains choix et s’engagent. Il est signé dès qu’il y a un accord sur le prix. C’est ce qui prépare la signature définitive de l’acte.

Le vendeur déclare accepter de vendre son bien à l’acheteur, qui de son côté, affirme vouloir l’acheter, aux conditions définies dans l’acte. Une fois le compromis de vente signé, chacun est engagé. C’est un aussi une étape financière, puisque l’acheteur doit verser un dépôt de garantie entre 5 et 10% du prix du bien immobilier pour bloquer la vente. Il faut par la suite entre trois et quatre mois, entre le compromis et la vente définitive.


II. LE FINANCEMENT

L’OPTION BANQUE

L’option banque : Si votre dossier de financement est solide (bons revenus, apport conséquent…), votre banque vous proposera un prêt à taux compétitif. Mais en parallèle, vous avez intérêt à solliciter d’autres établissements pour vérifier si l’un d’eux ne vous propose pas des conditions plus attractives, sans vous limiter au taux. L’inconvénient : certaines démarches (décrocher des rendez-vous, discuter avec des conseillers bancaires…) peuvent être fastidieuses et difficiles à caser dans un emploi du temps.


L’OPTION COURTIER

Si vous manquez justement de temps, adressez-vous à un courtier. Son rôle est de négocier à votre place et de vous faire profiter de ses partenariats et réseaux. En sollicitant un courtier, vous pouvez par exemple gagner 0,2 à 0,4 % sur le taux de votre crédit. Et sur un prêt destiné à un achat immobilier, l’économie peut représenter plusieurs milliers d’euros ! Dans votre cas, comparez la somme versée au courtier et l’économie potentielle pour voir si l’opération vaut le coup.

 

 

CONSTITUER UN DOSSIER DE PRÊT

C’est une partie très importante à ne pas négliger. En principe, dès que vous achetez, il faut fournir ces documents :

• Carte d’identité
• Justificatif de domicile
• Compromis ou promesse de vente
• Deux derniers avis d’imposition
• Trois derniers bulletins de salaire
• Trois ou six mois de relevés de compte bancaire

N’hésitez pas à faire des photocopies de toutes ces pièces, mais lors de votre rendez-vous à la banque, il faut se munir des originaux, afin d’en vérifier l’authenticité.

 


SOUSCRIRE À UNE ASSURANCE

Pour obtenir ce crédit, vous devez forcément souscrire à un contrat d’assurance décès et invalidité. Deux options s’offrent donc à vous. La première est un contrat proposé par l’organisme bancaire prêteur, ou tout simplement un contrat en délégation.

La banque vous proposera sans doute son contrat « groupe », négocié avec une compagnie et assurant le risque de façon mutualisée. L’inconvénient : les conditions ne sont pas personnalisables et sont les mêmes pour tous. La prime, qui s’ajoute à la mensualité, s’établit alors, selon les compagnies, entre 0,35 % et 0,50 % du capital emprunté.

La délégation d’assurance vous permet de faire jouer la concurrence. Depuis 2010, la loi Lagarde et la loi Bourquin vous autorisent à souscrire une assurance emprunteur via une autre compagnie, à condition que les garanties proposées soient au moins équivalentes. Compte tenu de leur coût, ces contrats peuvent s’avérer très avantageux : de 0,10 % à 0,30 % selon l’âge.


LE PRÊT IMMOBILIER CLASSIQUE

En général, même si vous êtes éligible à un prêt immobilier aidé, vous allez devoir compléter votre financement avec un prêt bancaire. Ce genre de prêt est distribué par l’ensemble des banques généralistes, mais aussi des établissements spécialisés comme le Crédit Foncier par exemple.

Chaque banque est libre de fixer le taux qu’elle souhaite. Sur ce créneau très concurrentiel, les taux sont librement fixés par les banques en fonction du coût de l’argent sur les marchés monétaires et financiers. Pour leurs taux fixes, les banques s’appuient en général sur l’OAT dix ans et, pour les prêts à taux révisables, sur l’Euribor trois mois ou un an. Chacune d’elle dispose de sa propre grille de taux, établie en fonction de nombreux critères : politique de la banque pour capter telle ou telle clientèle, durée du prêt, apport personnel…

 

 

QUEL TAUX CHOISIR ?

Lors d’un crédit immobilier, le taux peut être fixe ou révisable. Et en fonction de votre situation, il faut opter pour la meilleure solution.

• Le taux fixe permet une meilleure visibilité. Il sera déterminé à l’avance et ne bougera pas, peu importe l’évolution du taux des OAT. Vous allez savoir dès le départ le montant de votre mensualité et le coût total du crédit.

• Un taux révisable évolue en fonction d’un indice de référence. Le risque peut être minimisé avec un taux révisable capé. Autrement dit, si la banque vous propose un taux capé à 2% plus 1 ou 2 points, celui-ci pourra alors monter jusqu’à 3 ou 4 %.


III. ACHETER

Le recours à un notaire est incontournable pour l’achat immobilier. Une fois le rendez-vous pris, vous allez signer l’acte de vente définitif et payer le solde de votre bien. Une fois les formalités effectuées, bienvenue dans le monde des propriétaires...

 


QUEL EST LE RÔLE DU NOTAIRE ?

Officier public ministériel nommé par décision du garde des Sceaux, le rôle d’un notaire est d’accompagner, mais aussi de conseiller. Il joue un rôle très important lors d’une transaction immobilière. Il se charge de toutes les formalités qui mènent à la vente et conseille les deux parties. Il est chargé de toutes les formalités juridiques d’une vente. Il doit gérer le transfert des propriétés, vérifier la véracité des actes, et il se charge de lever les hypothèques. Sans oublier les points juridiques et fiscaux nécessaires pour un acte de vente. En passant aussi par les règles d’urbanisme, les diagnostics et le respect des lois. Il assure la garantie de l’acte juridique ainsi que sa confidentialité.

Une fois l’acte signé, il enregistre « la publicité foncière » et conserve votre acte de vente pendant 75 ans dans son étude. Une fois ce délai écoulé, l’acte est transféré aux Archives nationales.

 


COMMENT EN TROUVER UN

Le notaire intervient pour finaliser la vente. C’est impératif pour la signature de l’acte définitif de vente alors vous êtes parfaitement libre de sélectionner le notaire de votre choix pour lui confier la finalisation de l’acquisition de votre bien immobilier. Plusieurs possibilités s’offrent à vous, le « bouche à oreille » en faisant jouer votre entourage ou encore en vous adressant au Conseil Supérieur du Notariat, aux chambres départementales des notaires ou aux conseils régionaux qui sont installés dans toute la France.

 

À QUI APPARTIENT LE CHOIX FINAL DU NOTAIRE ?

Cette décision revient à l’acheteur, son choix est prioritaire, mais le vendeur peut toujours opter pour le notaire de son choix. C’est la raison pour laquelle il est relativement fréquent que deux notaires - celui de l’acheteur et celui du vendeur - interviennent ensemble pour la signature de l’acte définitif de vente. Dans ce cas, les frais de notaire ne seront pas doublés, mais partagés entre les deux officiers publics.



COMBIEN COÛTE LE NOTAIRE ?

Les frais de notaire s’élèvent à 7 à 8% pour un logement ancien et 3 à 4% pour un logement neuf et s’ajoutent donc au prix d’achat des biens immobiliers. En effet, le notaire est également chargé par le fisc de collecter les droits de mutation ou taxes liés aux transactions immobilières. Baptisés « émoluments », ses honoraires sont réglementés à l’échelon national selon un barème publié par décret. Et si vous achetez dans le neuf, ces émoluments sont réduits en fonction du nombre de logements.


LA SIGNATURE DE L’ACTE DE VENTE

Avant de pouvoir signer cet acte de vente authentique, le notaire doit procéder à la vérification des clauses du contrat. Il y a également un délai de financement pour l’acheteur par rapport à sa banque. C’est à partir de ces éléments, que la date exacte de signature du contrat est stipulée dans l’avant contrat. Le jour tant attendu de la signature, les deux parties doivent être présentes et signer pour valider l’acte de vente. Si absence, il doit y avoir, il y a toujours la possibilité de se faire représenter via une procuration. La signature est effectuée, il y a également la remise des clefs, UberIMMO t’a accompagné durant tout le processus, et te voilà propriétaire. Attention, le délai de rétractation est de 10 jours.

 


IV. PROPRIÉTAIRE

Bravo, vous êtes désormais, vous avez les clefs en poche, vous n’avez plus qu’à récupérer vos affaires et emménager. Pourtant, il y a des coûts qui s’ajoutent, ceux des travaux… Mais pas de panique, l’Etat vous aide comme par exemple pour une rénovation énergétique.

 


QUELS SONT VOS DROITS POUR LA RÉALISATION DE TRAVAUX DANS VOTRE LOGEMENT ?

Avant tout, il faut savoir qu’il y a des règles d’urbanisme, c’est-à-dire qu’il faut d’abord consulter le Plan Local d’Urbanisme, que vous pourrez trouver dans votre mairie. Il peut y avoir des restrictions comme pour les types de constructions possibles, mais tout dépend de la zone dans laquelle vous êtes situé. Si votre agrandissement prévoit des ouvertures donnant sur vos voisins, vous devez notamment respecter une distance de 1,90 mètres en cas de vue droite. Si votre agrandissement prévoit des ouvertures donnant sur vos voisins, vous devez notamment respecter une distance de 1,90 mètres en cas de vue droite.

Toutes les démarches administratives à effectuer pour procéder à un agrandissement sont assez strictes. Pour un agrandissement jusqu’à 40 m², il suffit simplement d’une déclaration de travaux. Il faudra retirer le formulaire en mairie avant toute démarche. C’est un décret du 5 décembre 2011, publié dans le cadre d’une réforme de simplification du droit de l’urbanisme, qui offre cette possibilité. Précisons que pour un agrandissement d’une surface supérieure à 40 m², un permis de construire reste obligatoire dans toutes les communes.

 


L’ÉCO-PRÊT À TAUX ZÉRO ?

Il s’agit d’un prêt accordé aux propriétaires pour financer des travaux d‘amélioration en tant que rénovation énergétique tels que l’isolation, chauffage, chauffe-eau. Le montant du prêt est compris entre 7 000 € et 30 000 € selon les travaux financés. L’éco-PTZ s’adresse à tout propriétaire d’un logement utilisé comme résidence principale et achevé depuis plus de deux ans, sans condition de ressources.


QU’EST-CE QU’UNE ASSURANCE HABITATION ?

Il s’agit d’une assurance indispensable afin de protéger le logement de tout sinistre, vol, catastrophe naturelle… L’assurance multirisque habitation couvre le logement de l’assuré et les biens qu’il contient. Elle couvre également le vandalisme, le bris de glace ainsi que les catastrophes technologiques. Elle n’est pas obligatoire certes, mais indispensable.

En revanche, si le logement est situé en copropriété, le propriétaire doit obligatoirement l’assurer au minimum en responsabilité civile.


PROTÉGEZ-VOUS ?

Attention, aux intrusions, mettre en place un système d’alarme n’est pas obligatoire mais nécessaire. Avant cette mise en place, optez déjà pour une porte blindée et vos fenêtres de volets ou grilles, cela pourrait dissuader les personnes malveillantes. Il ne vous reste plus qu’à profiter pleinement de votre nouveau logement.

 

 

Le site d'annonces Gratuits d'UberIMMO
En espérant que ce guide de l’immobilier vous a servi,

Et vous servira à l’avenir.


Si vous avez la moindre question, nos équipes sont disponibles pour vous répondre. 
Vous pouvez également vous rendre sur notre site internet.
www.uberimmo.fr


Le Teams d'UberIMMO veille sur vous.